jeudi 12 juillet 2018

12 juillet 1998 Victoire de la France en Coupe du Monde

C'est au terme d'une incroyable montée en tension que la France toute entière applaudit la victoire de son équipe, le 12 juillet 1998. Les Bleus l'emportent sur les favoris, l'équipe du Brésil, par 3-0 grâce à deux buts de Zinedine Zidane et un d'Emmanuel Petit.
La France remporte la Coupe du Monde de football pour la première fois de son histoire et qui plus est à domicile.
Créée en 1928 à l'initiative de Jules Rimet, la Coupe du Monde se déroule tous les quatre ans en alternance avec les Jeux Olympiques et la France l'avait jusque-là accueillie une seule fois en 1938. Cette fois-là, l'Italie avait remporté le trophée, pour la plus grande gloire du régime fasciste et de son Duce...
Coupe du Monde 1998, Champs Élysées, 13 juillet 1998 (DR)

« Et 1 et 2 et 3… 0 ! »

La victoire de 1998 met un terme provisoire à l'autodénigrement, un sport dans lequel les Français excellent plus qu'en aucun autre. Voué aux gémonies pendant les deux années de préparation, l'entraîneur stéphanois Aimé Jacquet recevra de plates excuses du journal L'Équipe après le triomphe de son équipe et de sa méthode.
Entamée dans une relative indifférence le 10 juin 1988, la compétition produit une émotion croissante en France au fur et à mesure que les Bleus progressent dans le palmarès.
Avec leur qualification en quart de finale, le 3 juillet au Stade de France (Saint-Denis), par un match nul face à l'Italie, l'un des grands favoris de la compétition, l'euphorie gagne les Français de tous âges, tous sexes et toutes conditions, y compris les personnes habituellement réfractaires aux spectacles sportifs. Pour la demi-finale face à la Croatie, le 8 juillet, les Français prennent d'assaut les stades où l'on organise des retransmissions du match sur écran géant.  
Le phénomène se renouvelle avec une intensité accrue le soir de la finale. Après le match, en soirée, plus d'un million de badauds se retrouvent spontanément sur les Champs-Élysées pour une liesse comme le pays n'en a pas connu depuis la Libération, un demi-siècle plus tôt. Le lendemain 13 juillet, veille de Fête nationale, pas moins de cinq cent mille badauds acclament les joueurs lors de leur parade triomphale sur les Champs-Élysées.
Jacques Chirac et Didier Deschamps, DRL'euphorie rejaillit sur la popularité des gouvernants, tant le président Jacques Chirac que son Premier ministre de cohabitation, le socialiste Lionel Jospin.
Chacun célèbre aussi le caractère multiracial de l'équipe de France, sans équivalent ailleurs. On y rencontre des origines hexagonales (le capitaine Didier Deschamps, Laurent Blanc, Emmanuel Petit, Christophe Dugarry, le gardien Fabien Barthez ou encore Bixente Lizarazu, attaché à ses racines basques), algériennes (Zinédine Zidane, meilleur joueur de sa génération), antillaises (Lilian Thuram),  kanakes ou néo-calédoniennes (Christian Karembeu), arméniennes (Youri Djorkaeff et Alain Boghossian), africaines (Marcel Desailly) etc.
Dans l'émotion de la victoire (12 juillet 1998), DR

Qu'elle était belle, la France « black-blanc-beur » !

Les médias célèbrent par la même occasion la France multiraciale issue des nouvelles vagues d'immigration, dite « black-blanc-beur » en référence à ses composantes afro-antillaises, européennes et arabo-musulmanes. Intellectuels et hommes politiques veulent y voir la démonstration d'une intégration réussie et d'une nation réconciliée avec elle-même.
Les épreuves du troisième millénaire vont rapidement mettre à mal l'optimisme né de la victoire des Bleus, jusqu'à faire oublier la joie collective et intense de ce moment.
Le consensus national va se briser sur l'arrivée inattendue du leader d'extrême-droite Jean-Marie Le Pen au second tour des élections présidentielles, le 21 avril 2002. Ensuite vont se faire sentir les conséquences économiques de la monnaie unique : déficit commercial abyssal, rigueur budgétaire, croissance asthénique...
Plus grave que tout, la fragile équilibre de la France « black-blanc-beur » va se heurter à une accélération de l'immigration (plus de 200 000 entrées par an).
C'est ainsi que vingt ans après, il se trouve une vedette du show-biz (Djamel Debbouze) pour dénoncer des Bleus trop « black-blanc » et pas assez « beur » à son goût, ou encore un ancien joueur (Éric Cantona) pour critiquer le phénotype trop français de Didier Deschamps ! Dans le même temps, l'angélisme multiracial en vient à légitimer son contraire : des réunions interdites aux blancs.
Il nous reste à espérer un nouveau moment d'union nationale qui réconcilie le peuple français dans ses différentes composantes ethniques et sociales...
André Larané

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1944-1974 L'embellie

Sans attendre la capitulation allemande, le gouvernement provisoire du général  Charles de Gaulle  relève la République. Les principaux col...