dimanche 18 février 2018

Pax romana, pax sinicaRome et la naissance du christianisme

En 27 av JC, Octave est devenu le 1er empereur romain sous le nom d’Auguste, mettant fin aux crises de la république. La transition perdure jusqu’en 12 av JC, date à laquelle Auguste acquiert tous les pouvoirs.
Pendant cette période, il annexe certains états vassaux et achève la conquête de l’Espagne. En Maurétanie, les difficultés successorales affaiblissent le royaume, de plus en plus soumis à Rome. Puis les armées d’Auguste s’avancent au nord des Alpes jusqu’au Danube, conquérant la Rhétie, le Norique, la Pannonie et la Dalmatie. Il tente de conquérir la Germanie au-delà du Rhin, sans succès.
Vincent Boqueho

Un fait divers d'importance planétaire

Lorsqu’Auguste meurt en l’an 14, ses héritiers directs sont morts avant lui : c’est un général, Tibère, qui lui succède, fondant la dynastie des Julio-Claudiens. Il met un coup d’arrêt à l’expansion territoriale de l’empire, mais il devient très vite impopulaire.
C’est dans ce contexte que des évènements d’apparence anodine surviennent en Judée.
La dynastie des Hasmonéens a consacré la prééminence des Juifs dans la région. Tombé sous orbite romaine, le royaume est parvenu à maintenir son indépendance sous le règne du roi Hérode. Mais à sa mort en 4 av. JC, les troubles entraînent l’annexion de la région par Rome.
De nombreux prédicateurs annoncent que le royaume de Dieu retrouvera sa place aux dépens de l’occupant païen. L’un d’eux, Jésus, connaît un vif succès. Plutôt que de chasser les Romains, il prône leur conversion et met en avant l’amour et la compassion : ce prosélytisme tranche avec la vision juive traditionnelle.
Accusé d’attiser la révolte, il est crucifié par les Romains vers l’an 30. En annonçant sa résurrection, ses partisans le reconnaissent comme le Messie, donnant naissance au christianisme. En abandonnant l’idée de Peuple Élu, il se diffusera bien plus facilement que le judaïsme.
Peu après, Caligula succède à Tibère. Il sombre rapidement dans la démence, devient tyrannique et finit assassiné. Claude lui succède et restaure la stabilité de l’empire. Sous son règne, la Maurétanie est annexée, la Thrace est conquise, et la conquête de la Bretagne débute. La citoyenneté romaine est étendue à toute la Gaule.
Claude finit empoisonné et Néron lui succède en 54. Empereur compétent et apprécié dans un premier temps, sa popularité plonge avec plusieurs scandales suivis du grand incendie de Rome qui détruit une partie de la ville. Soupçonné d’en être l’auteur pour pouvoir la rebâtir à son image, Néron tente de détourner la colère contre une secte juive en plein essor, celle des chrétiens. Mais le Sénat démet Néron de ses fonctions et le pousse au suicide. Néron meurt sans descendance : après une période de guerre civile, la garde prétorienne proclame Vespasien empereur, fondant la dynastie des Flaviens.
Profitant des troubles à Rome, les Juifs de Judée se sont révoltés. Pour réduire durablement ce foyer de rébellion, les troupes romaines détruisent le Temple de Jérusalem en 70. Beaucoup de Juifs seront vendus, marquant les débuts de la Diaspora juive.
Après avoir rétabli l’ordre, Vespasien engage de nombreuses constructions, notamment celle du Colisée à Rome. Il accorde la citoyenneté romaine à toutes les villes d’Hispanie et assainit les finances. A sa mort, il laisse un empire à nouveau prospère.
Son premier fils Titus ne règne que deux ans : c’est surtout son deuxième fils Domitien qui va en profiter. Il poursuit la conquête de la Bretagne en s’avançant jusqu’aux limites de l’Ecosse et éloigne la menace des Germains et des Daces. Mais ses dérives autoritaires exacerbent les contestations et il finit assassiné par une conspiration. Nerva est proclamé empereur par le Sénat en 96, fondant la dynastie des Antonins. Celle-ci va marquer l’apogée de l’empire romain.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

1944-1974 L'embellie

Sans attendre la capitulation allemande, le gouvernement provisoire du général  Charles de Gaulle  relève la République. Les principaux col...