lundi 12 février 2018

Amerigo Vespucci (1454 - 1512)Dans l’ombre de Christophe Colomb


Amerigo Vespucci, estampe de Crispijn van de Passe l'Ancien, vers 1590, British Museum, Londres, Royaume-Uni. Autour du portrait est inscrit : Amerigo Vespucci le Florentin, découvreur et conquérant de la terre du Brésil.
Parce que le Nouveau Monde a pris son nom au lieu de celui de Christophe Colomb, que le nombre et les dates de ses voyages demeurent contestés, de même que l’exactitude de ses récits, Amerigo Vespucci est souvent considéré comme un imposteur.
C’est injuste...
Car il  fut bien le premier à prendre toute la mesure de la découverte. Contrairement à Colomb qui resta persuadé jusqu’à sa mort d’avoir atteint la partie la plus orientale de l’Asie, Amerigo Vespucci a le premier pressenti que l'Amérique était bien un continent à part entière.
La postérité a su lui rendre justice.
Julien Colliat
La Vierge de la Miséricorde, fresque de Domenico Ghirlandaio, vers 1472, église Ognissanti, Florence, Italie. Amerigo Vespucci est représenté entre le vieillard en rouge et la Vierge.

Un financier florentin

Rien ne prédestinait Amerigo Vespucci à devenir navigateur. Né à Florence en 1454, il appartient à l’une des plus riches familles de la ville, proche des Médicis. Très impliqués dans la vie artistique florentine, les Vespucci sont les mécènes de plusieurs peintres tels Sandro Botticelli et Domenico Ghirlandaio.
Simonetta Vespucci, cousine d'Amerigo Vespucci, Sandro Botticelli, vers 1480, musée Städel, Francfort, Allemagne.Le premier prendra comme modèle la cousine d’Amerigo, Simonetta Vespucci, pour sa célèbre toile La Naissance de Vénus. Le second représentera toute la famille Vespucci, dont le jeune Amerigo, dans une fresque destinée à l'église d'Ognissanti de Florence et intitulée La Vierge de la Miséricorde.
Neveu de Giorgio Antonio Vespucci, religieux dominicain et propriétaire de l’une des plus riches bibliothèques de Florence, Amerigo suit les cours de son oncle au couvent de San Marco. Bien qu’initié à la culture humaniste et aux auteurs anciens, il s’intéresse surtout aux sciences, en particulier les mathématiques et la physique.
En 1480, il accompagne un autre de ses oncles, nommé ambassadeur par Laurent le Magnifique, à la cour de Louis XI. Il restera un an en France.
Ange Politien (à droite) au côté de Cristoforo Landino (au centre), détail de la scène de l'Annuncio dell'angelo a Zaccaria, peinte par Domenico Ghirlandaio entre 1486 et 1490 dans la Chapelle Tornabuoni de la basilique Santa Maria Novella à Florence.À la mort de son père, en 1483, Vespucci reprend les affaires familiales et devient l’administrateur commercial du banquier Laurent de Médicis, dit le Popolano, et de son frère Jean, cousins de Laurent le Magnifique.
Parallèlement à ses activités commerciales, Vespucci fréquente des écrivains humanistes renommés tels Ange Politien et Luigi Pulci. Passionné par l’astronomie et la cosmographie, il constitue une énorme collection de cartes et d’ouvrages spécialisés.
L’adieu de Christophe Colomb aux souverains espagnols Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon, Grands Voyages, America pars quarta, gravure, Théodore de Bry, Francfort, 1592, BnF, Paris.

La rencontre avec Colomb

Désormais homme de confiance des frères Médicis, Vespucci est envoyé en 1492 à Séville, qui est alors le plus important centre économique de Castille. Il y devient l’agent du banquier florentin Gianetto Berardi lequel finance l’armement et l’approvisionnement de bateaux espagnols ainsi que la traite des esclaves.
Le contact des marins et leurs récits fascinants éveille aussitôt son intérêt pour la navigation. Selon toutes vraisemblances, Berardi participe au financement du premier voyage de Colomb outre-Atlantique. Vespucci fait à cette occasion la connaissance du navigateur génois et à son retour des Antilles l’accompagne à Barcelone où il est reçu solennellement par Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille.
La « Santa Maria à l'ancre », Andries van Eertvelt, vers 1628, National Maritime Museum, Londres. L' un des trois navires ayant permis à Christophe Colomb de traverser l'océan Atlantique lors de sa première expédition, en 1492.Au cours des mois suivants, Vespucci participe aux préparatifs du deuxième voyage de Colomb. Le Florentin se découvre une vocation pour l’exploration et caresse l’espoir de se rendre personnellement sur les terres nouvellement découvertes.
En avril 1495, Berardi obtient un contrat pour l'envoi aux Indes de douze caravelles, divisées en trois convois, dont le départ s’échelonnera entre avril et septembre, afin de ravitailler la colonie d’Hispaniola fondée par Colomb. Mais les retards s’accumulent et l’armateur meurt huit mois plus tard sans qu’aucun navire n’ait appareillé.
En tant qu’exécuteur testamentaire, Vespucci a pour mission de remplir le contrat. En janvier 1496, une première flotte prend donc le large à destination des Indes. Hélas, à peine parties, les quatre caravelles sont victimes d’une tempête et sombrent. Tout le chargement est perdu mais par chance seuls trois marins ont péri.
Vespucci est contraint de liquider la compagnie commerciale de Berardi et se consacre désormais à ses propres affaires. Souhaitant mettre à profit son expérience dans la fourniture de matériel pour les expéditions maritimes, le Florentin décide de devenir navigateur.
Amerigo Vespucci devant affronter les indigènes de l'île d'Ity (peut-être proche des Bermudes), lors de son premier voyage vers le Nouveau Monde, comme décrit dans sa Lettre à Soderini en 1505. Gravure de Théodore de Bry, 1592, musée d'Histoire de Miami, Floride.
Vespucci, premier à aborder sur le continent américain ?
En mai 1499, Vespucci obtient une place d'astronome et de cartographe dans une expédition dirigée par Alonso de Ojeda, un ancien lieutenant de Colomb, qui appareille de Cadix. Les Espagnols atteignent la côte sud-américaine non loin du delta de l’Orénoque, dans l’actuel Venezuela. L’itinéraire emprunté ensuite par la flotte est assez flou. Il aurait conduit Vespucci le long des côtes brésiliennes, un an avant Cabral, jusqu’à l’embouchure de l’Amazone où le Florentin se serait attardé et aurait découvert une flore et une faune paradisiaque. Le navire de Vespucci serait ensuite descendu jusqu’à Recife avant de mettre le cap au nord-ouest.
Parvenant au lac de Maracaibo, les Espagnols découvrent un village de maisons de paille sur pilotis, entre lesquelles les indigènes circulent en pirogue. Ils baptisent cette contrée Venezziola (Venezuela), soit littéralement « petite Venise ».
Vespucci aurait ensuite atteint une île peuplée de géants et qui semble correspondre à Curaçao, avant de rejoindre Hispaniola où il séjourne deux mois. L’expédition fait son retour à Cadix en septembre 1500, les navires chargés de perles et surtout d’esclaves.
Vue panoramique de Lisbonne, enluminure de la Chronique de Dom Afonso Henriques par Duarte Galvão vers 1500.

Au service du Portugal

Alors qu’il se prépare pour un nouveau voyage, le navigateur voit ses projets contrariés par une décision des souverains espagnols qui interdisent l’embarquement de ressortissants étrangers dans les expéditions de découverte. Vespucci ne s’avoue cependant pas vaincu et se rend au Portugal, où fort de son expérience, il convainc le roi Manuel Ier de lui confier trois navires.
Gravure sur bois illustrant la première édition de la lettre d'Amerigo Vespucci en 1505 sur les îles récemment découvertes : elle représente le roi du Portugal pointant le doigt vers trois caravelles  et vers des Indiens qui semblent s'enfuir.Sa mission : explorer en profondeur les côtes du Brésil, découvertes l’année précédente par Cabral. Vespucci appareille de Lisbonne en mai 1501 et met le cap plein sud jusqu’aux Canaries avant de virer à l’ouest pour aborder au début du mois d’août la côte nord-est du Brésil, au niveau de Ceara, après 64 jours de traversée.
Longeant les côtes sud-américaines en direction du sud, il dépasse l’équateur ainsi que le tropique du Capricorne. Vespucci indique même avoir atteint les 50 degrés de latitude sud, soit à peine à 650 kilomètres de la Terre de Feu, pointe sud du continent ! Son affirmation est cependant peu crédible puisqu’il ne mentionne pas l’estuaire du Rio de la Plata qu’il aurait obligatoirement dû voir.
Vespucci va naviguer durant presque un an dans l’hémisphère sud et découvrir une faune et une flore totalement inconnues en Europe. Contrairement à Colomb, il n’est ni guidé par la recherche de métaux précieux, ni par l’évangélisation des indigènes. Sa démarche est avant tout d’ordre scientifique. Ses notes sur les mœurs des populations autochtones du littoral brésilien sont d'un considérable intérêt ethnologique et anthropologique et témoignent d’un authentique talent d’observation.
Amerigo Vespucci découvrant la constellation de la Croix du Sud avec un « astrolabium », gravure de Jan Collaert, d'après Stradanus, 1591.Pour faciliter la navigation dans l'hémisphère sud, Vespucci tente de trouver de nouveaux repères astronomiques. Il découvre ainsi des constellations invisibles en Europe, dont il note le mouvement. Il est ainsi l’un des premiers européens à observer la Croix du Sud, la plus célèbre constellation de l’hémisphère sud, représentée aujourd’hui sur le drapeau australien, néo-zélandais, brésilien, samoan ou papou.
Vespucci se livre également à des observations nocturnes de la lune qui lui permettent de mieux calculer sa longitude et déterminer la distance est-ouest parcourue. Ses constations le conduisent à en déduire l’existence d’une terre extrêmement vaste.
Surtout, et contrairement à Colomb qui demeure convaincu que les terres qu’il a découvertes constituent la partie la plus à l’est de l’Asie, Vespucci pense qu’il s’agit d’un continent à part entière. Long de seize mois, ce voyage en Amérique australe aura énormément d’impact et ouvrira la voie à Magellan vingt ans plus tard.
Entre mai 1503 et juin 1504, Vespucci aurait également participé à une nouvelle expédition, toujours patronnée par le roi du Portugal. Commandé par Gonçalo Coelho, ce quatrième voyage, pour lequel de sérieux doutes subsistent, l’aurait mené à nouveau au Brésil, jusqu’au port de Bahia, via l’île Fernando de Noronha.
Ville de Séville au XVIe siècle, Alonso Sánchez Coello, musée des Amériques, Madrid, Espagne.

Retour à Séville

Après cette ultime expédition, Vespucci fait son retour à Séville où il retrouve Colomb avec lequel il continue à entretenir d’excellents rapports. En février 1505, Vespucci se rend à la cour de Ferdinand d’Aragon, avec une lettre de recommandation de Colomb en poche. Le roi lui confie de nouvelles expéditions avec pour but de découvrir un passage vers l’ouest.
Vespucci se montre d’autant plus sensible à la proposition du souverain que les Portugais ont fait preuve d’une certaine ingratitude à son égard et rétribuent mal ses services. Deux mois plus tard, il se voit accorder la nationalité castillane ainsi qu’une pension.
Tout en restant à la disposition de la Couronne, Vespucci reprend ses activités d'armateur. Il est chargé de monter avec Vicente Pinzón, une expédition vers l’île des Moluques (à l’est de l’actuelle Indonésie), à laquelle il doit participer comme capitaine d'un navire. Il achète une partie du ravitaillement mais le projet est finalement avorté, l’obligeant à revendre tous les équipements rassemblés.
Amerigo Vespucci débarque en Amérique, Théodore de Bry, gravure, XVIe siècle.

Le succès de Mundus novus

Au même moment, le nom de Vespucci commence à être connu dans toute l’Europe. En effet, le navigateur a relaté son troisième voyage à son protecteur, Laurent de Médicis, et une compilation de ses lettres a été publiée sous la forme d’un ouvrage en latin intitulé Mundus novus (Nouveau Monde).
Ce texte constitue le premier témoignage sur le Nouveau Monde relaté de manière scientifique et dénué de tout sentiment religieux ou missionnaire. Dans cette œuvre, dont en réalité rien ne prouve qu’il en soit réellement l’auteur, Vespucci dépeint la nature luxuriante et paradisiaque des nouvelles terres, le corps gracieux des femmes, le chant mélodieux des oiseaux et les couleurs flamboyantes des perroquets.
L'image du cannibalisme, gravure de Johann Froschauer pour une édition du Mundus Novus d'Amerigo Vespucci, publié à Augsbourg en 1505.Il y mentionne des animaux totalement inconnus en Europe tels que les anacondas ou les iguanes et évoque longuement ses rencontres avec les indigènes, insistant sur leur nudité, leur simplicité, leur serviabilité et surtout… leur liberté sexuelle !
Vespucci relate des combats avec des indigènes belliqueux et exprime son horreur devant les rituels cannibales, décrits pour la première fois, et dont un des marins de son expédition fut la victime.
Dans la foulée de Mundus novus, le récit des quatre voyages de Vespucci est également publié à partir des lettres adressées par le navigateur à son ami d’enfance, l’homme d’État florentin Pier Soderini. La perception du monde et le style vivant et imagé utilisé par le navigateur, répondent parfaitement aux attentes du public lettré et les deux ouvrages connaissent aussitôt un succès retentissant.
Les lettres de Vespucci sont traduites en plusieurs langues et circulent dans toute l’Europe au point de devenir les textes contemporains les plus diffusés depuis l’invention de l’imprimerie, un demi-siècle plus tôt.
Carte de 1507 par Martin Waldseemüller ; première carte à inclure le nom « Amérique » et à représenter les Amériques comme séparés de l'Asie. Il n'y a qu'un seul exemplaire de la carte qui a été conservé et acheté par la Bibliothèque du Congrès en 2001 pour 10 millions de dollars. L'agrandissement fait un focus sur la désignation « America ».
Vespucci donne son prénom à l'Amérique
En 1507, le cartographe Martin Waldseemüller, chanoine de Saint-Dié (Vosges) et passionné de géographie, fait paraître un traité de géographie intitulé Cosmographiae Introductio dans lequel est présentée pour la première fois une description du Nouveau Monde, accompagnée d’une lettre de Vespucci faisant part de ses explorations. L’auteur propose de baptiser le continent « America » en l’honneur de celui qu’il imagine être son découvreur, Amerigo Vespucci. Ce toponyme est également repris sur la carte de Waldseemüller qui accompagne l'ouvrage, carte où figure pour la première fois le terme « America ». Publié en 1507, l’atlas connaît un très grand succès et 1000 exemplaires sont vendus en quelques mois, contribuant à la popularisation du mot « Amérique ».
Trente ans plus tard, Mercator reprendra le nom « America » dans ses planisphères. Vespucci demeura totalement étranger à cette affaire, tandis que Colomb ne put s’en offusquer puisqu’il mourut un an avant la publication de l’atlas.
Carte d’Amérique, avec les représentations de Christophe Colomb, Amerigo Vespucci, Fernand de Magellan et Francisco Pissarro, Théodore de Bry, 1566, dans Americae, Vol. VI, bibliothèque d'art, Dist. RMN, Berllin.

Pilote majeur de Castille

En 1508, Vespucci est à nouveau convoqué à la cour de Ferdinand, à Burgos. Voyant ses services enfin récompensés par le roi, il est nommé « Pilote majeur de Castille » de la Casa de Contratación, une institution créé quelques années plus tôt pour contrôler le commerce et la navigation avec le Nouveau Monde et basée à Séville.
Disposant d’un salaire annuel de 50 000 maravédis plus 25 000 autres de frais de représentation, Vespucci se voit confier la direction d’une école de navigation, habilitée à délivrer un brevet à tous les navigateurs voyageant vers le Nouveau Monde.
Statue de Vespucci à la Galerie des Offices de Florence.Sa mission principale est la gestion des registres cartographiques et hydrographiques des terres découvertes par Colomb, qu’il doit constamment mettre à jour en fonction des nouvelles explorations effectuées. Vespucci est également chargé d’élaborer un étalon cartographique qui servira à l'établissement de toutes les cartes de navigation.
Empêché de reprendre la mer par ses nouvelles attributions, il se fixe définitivement à Séville où il consacre tout son temps à ses fonctions, tentant d’élever le savoir des marins espagnols, souvent illettrés et peu formés aux techniques scientifiques. Il initie les futurs navigateurs à la cosmographie et à l’astronomie ; il leur enseigne également ses méthodes de détermination de la longitude ainsi que le maniement du quadrant et de l'astrolabe.
À la pointe du progrès technique, il envisage de créer des navires dont la coque serait revêtue de plomb. Vespucci est tellement passionné par sa tâche qu’il distribue sa carte étalon à tous ceux qui la lui demandent. Inquiet d’une divulgation des découvertes espagnoles, le roi Ferdinand doit personnellement intervenir pour exiger du navigateur qu’il ne transmette dorénavant ses précieuses cartes qu’aux personnes nommément désignées par lui.
Attaqué par le paludisme qu’il avait sans doute contracté lors de son dernier voyage, Vespucci s’éteint à Séville le 22 février 1512, quelques années seulement avant que Magellan ne réalise son rêve en contournant pour la première fois le continent auquel il avait donné son nom.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

1944-1974 L'embellie

Sans attendre la capitulation allemande, le gouvernement provisoire du général  Charles de Gaulle  relève la République. Les principaux col...