jeudi 28 décembre 2017

Erwin Rommel (1891 - 1944) Le mythe chevaleresque en question

Aspirant en 1910 dans un régiment d'infanterie wurtembourgeois, le jeune Erwin Rommel entre à l'école militaire de Dantzig et devient deux ans plus tard lieutenant. 
C'est lors de la Première Guerre mondiale que Rommel montre pour la première fois ses talents de meneur d'hommes. Le futur maréchal révèle durant ce conflit son sens du commandement, mais également une certaine égocentricité, reflétée par la correspondance très fournie qu'il entretient avec sa femme.
Sur le front italien, à la tête de sa compagnie de chasseurs alpins, il remporte de nombreuses batailles par son impétuosité et son courage. Sa bravoure lui vaut la plus haute distinction militaire allemande, l'ordre Pour le Mérite. Il est adulé par ses hommes et certains disent de lui : « Le front se trouve là où est Rommel » !
Pendant l'entre deux guerres, il devient directeur d'une école militaire. À ce poste, il se montre compétent et pédagogue auprès des futurs jeunes officiers de la Wehrmacht. Engagé très tôt dans les SA, groupes paramilitaires nazis, Rommel se montre particulièrement enthousiaste lorsque la dictature hitlérienne se met en place en 1933. Il accède alors au grade de major, devient colonel d'un régiment puis directeur d'une école militaire.
Une admiration réciproque entre Rommel et le Führer naît au cours de la campagne de France, en 1940, lorsque Rommel, à la tête de la 7e division de Panzers du 15ecorps perce les lignes françaises et contribue à la victoire finale. La rapidité de ses manœuvres et la vitesse de ses blindés amènent les Français à surnommer sa division : « La division fantôme ». Par ces actions d'éclat, il devient l'officier favori de Hitler.
Goebbels met alors sa machine de propagande en action afin d'en faire une idole populaire et l'incarnation même du soldat idéal du IIIe Reich. Cette notoriété, Rommel l'entretient et y prend goût. Il se montre par ailleurs obsédé par son avancement dans la hiérarchie militaire.
La gloire dans le désert
En février 1941, Hitler confie à Rommel un commandement en Afrique du Nord afin de soutenir les Italiens aux prises avec les Britanniques en Lybie. C'est à la tête de l'Afrikakorps que va se créer sa légende et cette formidable popularité auprès du peuple allemand. D'une mission d'assistance militaire, Rommel va donner à cette campagne peu ordinaire une dimension glorieuse et épique, marquée par la grande victoire de Tobrouk (Libye).
Les combats se déroulent dans le désert, soldat contre soldat, sans la présence de civils, limitant ainsi les bavures et les exactions habituelles dans les territoires occupés par les armées allemandes. La guerre retrouve sur ce champ de bataille les valeurs chevaleresques où des guerriers se respectent et s'affrontent dans les règles.
Churchill lui même reconnaît les qualités du chef de l'Afrikakorps : « Nous avons contre nous un adversaire très audacieux et très habile, et, puis-je ajouter en dépit des horreurs de la guerre, un très grand général ». Ses talents militaires ne peuvent pas tout. Le corps expéditionnaire allemand est submergé par la supériorité numérique des Alliés : la victoire britannique d'El-Alamein et le débarquement américain en novembre 1942 au Maroc marquent le début de la fin de la présence germano-italienne en Afrique.
Bien qu'inéluctable, la retraite de Rommel et des armées allemandes vers la Tunisie est intolérable pour Hitler qui souhaite contenir en Afrique les armées alliées le plus longtemps possible, afin de retarder tout débarquement en Europe. Le chef de l'Afrikakorps passe alors aux yeux du Führer et de l'état-major général comme un défaitiste.
Afin de maintenir son aura et sa popularité, bénéfiques au moral des Allemands, Hitler décide de lui retirer son commandement. Rappelé dès mars 1943, Rommel n'aura pas à subir la responsabilité de la défaite allemande en Afrique du Nord et son prestige demeurera intact.
Le chef du IIIe Reich se détourne néanmoins de son général favori, refusant même pendant un moment de lui attribuer une nouvelle affectation. Après un commandement en Italie du nord, il le désigne finalement en novembre 1943 comme organisateur des défenses du « Mur de l'Atlantique ».
Rommel et Walkyrie
Le maréchal Rommel inspecte les troupes en Normandie au printemps 1944Chargé de défendre le Reich face à un éventuel débarquement allié, Rommel fait preuve dans cette tâche de beaucoup de zèle mais s'oppose sur des questions stratégiques avec son supérieur direct, le maréchal Von Rundstedt, commandant en chef des forces à l'ouest.
Son commandement à la tête des armées du groupe B, entre la Hollande et la Loire, n'empêche pas les Alliés de réussir le débarquement de Normandie.
Le 17 juillet 1944, le feld-maréchal est grièvement blessé sur une petite route normande par une attaque aérienne. Il est en convalescence en Allemagne lors de l'attentat manqué contre Hitler, acte déclencheur de l'opération Walkyrie, trois jours plus tard.
L'enquête menée par son biographe Benoît Lemay sur l'engagement de Rommel aboutit à un jugement sans équivoque : Rommel n'a pas été partie prenante du complot ! Il ne fut jamais, de près ou de loin, membre de cette conjuration. Il garda jusqu'au bout un grand respect pour le Führer, même s'il reconnaissait la nature criminelle du régime et n'adhérait pas à l'ensemble des décisions stratégiques prises par le haut commandement. Mais certains conjurés s'appuyèrent sur cette attitude ambigüe pour l'impliquer et tenter de minimiser leurs actions afin d'éviter la pendaison.
Convaincu de son implication, Hitler donna alors le choix au feld-maréchal : un procès, la condamnation à mort et la déportation de sa famille, ou un suicide et des obsèques nationales. Rommel choisit de se donner la mort par le poison et de préserver ainsi son honneur.
Benjamin Fayet

Patton (1885 - 1945) Impétueux plus que de raison

George Patton est l'un des généraux américains les plus hauts en couleurs et le plus hardi de la Seconde Guerre mondiale.
Fils d'un avocat, il sort de West Point en 1909 et devient aide de camp du général Pershing pendant la Première Guerre mondiale. Il commande victorieusement la contre-attaque blindée de Saint-Mihiel en septembre 1918.
Pendant la guerre suivante, en Tunisie, il écrase l'Afrikakorps lors de la bataille d'El Guettar en mars 1943 puis participe au débarquement de Sicile à la tête de la VIIe armée américaine.
Commandant de la IIIe armée américaine lors du débarquement de Normandie, en juin 1944, il est d'abord tenu en réserve derrière la 1ère armée puis lance dès le 25 juillet une offensive foudroyante sur la Bretagne par le couloir d'Avranches avec une partie de son armée tandis que l'autre atteint Le Mans et Alençon et prend à revers la VIIe armée allemande.
Poursuivant son mouvement débordant, il occupe Orléans, franchit la Seine en amont de Paris, occupe Nancy, Épinal et Metz, arrête la contre-offensive allemandes dans les Ardennes à Bastogne, en décembre 1944... Le 23 mars 1945, il franchit le Rhin par surprise à Oppenheim, atteint la région de Kassel et se rabat vers la Tchécoslovaquie !
Son impétuosité lui vaut d'être sanctionné régulièrement durant sa carrière : en 1918, il est rétrogradé commandant pour s'être enfui de l'hôpital où il était soigné pour une blessure reçue en Argonne.
En août 1943, en Sicile, Eisenhower doit le mettre au vert après qu'il a giflé deux GI'shospitalisés qu'il a pris à tort pour des simulateurs.
George Patton décorant un soldat en NormandieDans les mois qui suivent la capitulation allemande, il veut poursuivre le combat mais cette fois contre les Soviétiques.
Il est à nouveau mis sur la touche par le commandement, d'autant qu'il s'oppose à la dénazification et tient des propos antisémites. Inclassable, il oblige cependant la population allemande à défiler dans les camps de concentration qu'il vient de libérer. Il se définit lui-même comme « un anachronisme vivant ».
Original et courageux, il a tué lors d'un duel au pistolet l'un des officiers de Pancho Villa, au Mexique en 1916.
Déconcertant, il est capable de déclamer, dans le texte, les auteurs classiques grecs et latins, tout en arborant deux colts à la ceinture. Passionné par l'histoire militaire, la culture française (il a fait l'école de cavalerie de Saumur…), l'escrime et Napoléon, son attrait pour un passé idéalisé et chevaleresque ne l'a pas empêché d'être le précurseur du combat mécanisé américain. Il meurt dans un accident de la circulation à Heidelberg.
Alban Dignat
George Smith Patton (11 novembre 1885 ; Los Angeles ; 21 décembre 1945, Heidelberg, Allemagne)

25 juin 1218 La mort de Simon de Montfort

Le 25 juin 1218, tandis qu'il fait le siège de Toulouse avec son armée de croisés, Simon de Montfort est mortellement blessé d'une pierre lancée du haut des murailles.
La mort du chef de la croisade contre les Albigeois est ressentie comme une victoire par les méridionaux, victoire de courte durée qui ne va pas empêcher la complète soumission du Midi toulousain au roi de France dix ans plus tard.
André Larané.
Nord contre Midi
Quelques années plus tôt, le 12 septembre 1213, contre toute attente, Simon de Montfort a vaincu le comte de Toulouse et son allié Pierre II d'Aragon à Muret. Pierre II est tué au cours de la bataille cependant que Raimon VI s'enfuit en Angleterre.
Sous la pression des évêques du Midi et des croisés venus du Nord, le pape déchoit le comte et beaucoup de seigneurs locaux de leurs terres et titres. C'est plus que n'en peuvent supporter les gens du Midi et notamment les seigneurs dépossédés de leurs terres.
Pour eux, qui s'étaient tenus jusque-là à l'écart de la croisade, l'heure n'est plus au combat contre les hérétiques cathares (aussi appelés Albigeois) mais à la défense du Midi, de ses coutumes et de ses droits.
Ultime soulèvement
Raimon VI et son fils, le futur Raimon VII, quittent leur exil anglais et reviennent en triomphe à Avignon. Avec les vassaux qui leur sont restés fidèles, dont le comte de Comminges, ils marchent sur Toulouse et entrent subrepticement dans la ville le 13 septembre 1217 à la faveur d'un épais brouillard.
Aussitôt, la population se rue sur la garnison française et commet un massacre. Les rescapés se réfugient au château Narbonnais, résidence traditionnelle des comtes de la ville, auprès de l'épouse de Simon de Montfort. Ce dernier, absent pour cause de combat dans la vallée du Rhône, revient sans attendre et entame un long siège entrecoupé de combats.
Le 25 juin 1218, comme il fait ses dévotions, on l'avertit d'une sortie des Toulousains. Recevant une dernière fois la communion, il enfile son heaume et monte au combat. C'est alors qu'il est blessé à mort : une «bricole», machine de jet utilisée en contrebatterie sur les remparts de la ville et actionnée par un groupe de femmes, lui lance une pierre d'une demi-douzaine de kilos à une vitesse telle que sa protection de tête explose en même temps que son crâne !
Privés de leur chef, les croisés lèvent le siège de la ville. Raimon VI et son fils Raimon VII arrivent à reconquérir peu à peu l'essentiel de leurs terres.
Le roi de France s'en mêle
Le roi Philippe II Auguste s'était jusque-là tenu à l'écart de la croisade. C'est qu'il avait fort à faire sur la frontière nord du royaume avec ses ennemis de Flandre, d'Angleterre et d'Allemagne. Après la mort de Montfort, il envoie son fils Louis au secours des croisés. Le prince ne fait pas de quartier. La ville de Marmande lui ayant résisté, il fait massacrer les 5.000 habitants ! Louis le Lion n'en échoue pas moins à prendre Toulouse et doit se replier.
Mais Raimon VI meurt et Philippe Auguste le suit peu après dans la tombe. Le nouveau comte de Toulouse, Raimon VII, est excommunié et Louis le Lion, devenu Louis VIII, s'engage dans une deuxième expédition contre lui.
Après avoir proprement ravagé le pays, il meurt sur le retour, emporté par une dysenterie aiguë à Montpensier, en Auvergne, le 8 novembre 1226. Sa veuve Blanche de Castille négociera au nom du nouveau roi, Louis IX (Saint Louis) un traité de paixavec les Toulousains.

2018 On célèbre cette année...

Après les secousses des années passées, l'Europe a retrouvé une relative stabilité en 2017 et c'est avec sérénité qu'elle aborde ce nouveau millésime. 
Nous avons recensé plus de 130 anniversaires significatifs en France et dans le monde. Tous les continents ont leur lot d'anniversaires, heureux ou non. Parmi les plus notables, citons bien sûr l'Armistice de 1918 mais aussi le bicentenaire de Karl Marx, la fondation de La Nouvelle Orléans, le début de la guerre de Trente Ans ou encore la construction du Duomo de Florence.
À notre connaissance, cette recension n'a d'équivalent dans aucun autre média. Alors, faites-en profiter vos proches en leur adressant une carte de voeux « historique »...
Les anniversaires de 2018
On célèbre cette année...
Janvier    Février    Mars    Avril    Mai    Juin    Juillet
Août    Septembre    Octobre    Novembre    Décembre
C'était il y a...
Remontez le cours de l'Histoire de décennie en décennie et de demi-siècle en demi-siècle ; appréciez et comparez la richesse événementielle des différents millésimes... [Lire la suite]
 
Janvier
4 janvier 1948 - La Birmanie accède à l'indépendance
La Birmanie, aux marges orientales des Indes britanniques, devient indépendante quelques mois après celles-ci. Par la même occasion, elle quitte le Commonwealth britannique... 
8 janvier 1918 - Les Quatorze Points de Wilson
Devant le Sénat américain, le président Thomas Woodrow Wilson reprend et développe un discours prononcé un an plus tôt devant la même assemblée. En qualité de représentant de la première puissance économique du monde, alors neutre, il souhaite s'entremettre entre les belligérants de la guerre européenne et préconise « une paix sans victoire », au grand scandale des uns et des autres... 
15 janvier 1918 – Naissance de Gamal Abd el-Nasser
Gamal Abdel Nasser jeune (15 janvier 1918 - 28 septembre 1970)Gamal Abd el-Nasser est le premier dirigeant issu du peuple qu'ait eu l'Égypte depuis plus de deux mille ans.
Jeune officier, il devient un héros de la guerre contre Israël. Indigné par la corruption de la monarchie et son allégeance aux Britanniques, il fonde le mouvement progressiste des « Officiers libres » et organise le renversement du régime en accointance avec le mouvement islamiste des « Frères musulmans » auquel tout l'oppose par ailleurs... 
17 janvier 1468 – Mort de Skanderbeg
Skanderbeg est le héros central du « récit national » des Albanais. Indépendante depuis 1912, l'Albanie voit en lui celui qui a résisté à l'oppression étrangère, plus précisément turque, et sauvegardé les libertés locales... 
21 janvier 1948 - Un drapeau pour le Québec
Le Fleurdelisé devient le drapeau officiel du Québec à l'initiative de l'Assemblée Législative de la province (l'actuelle Assemblée Nationale du Québec)... 
21 janvier 1938 – Mort de Georges Méliès
Georges Méliès (Paris, 8 décembre 1861 ; 21 janvier 1938)Le prestidigitateur Georges Méliès a 33 ans quand il assiste à la première séance publique des frères Lumière, dans le Salon indien du Grand Café du boulevard des Capucines, à Paris.
Ébloui, il entrevoit la dimension artistique du cinéma et va la révéler au public. Dès 1896, il a l'idée de monter des fictions et invente les premiers effets spéciaux du cinéma... 
23 janvier 1978 - Enlèvement du baron Empain
L’affaire Empain, l’une des plus symboliques et médiatiques de la police judiciaire parisienne, défraye la chronique en 1978. Cela tient pour partie à la personnalité de la victime : le baron Edouard-Jean Empain est, à 40 ans, à la tête d’un des plus grands groupes industriels européens, le groupe Empain-Schneider, réunissant près de trois cents sociétés... 
27 janvier 1968 - Fin de la Révolution culturelle
Mao Zedong décide de mettre fin aux turbulences de la Révolution culturelle qu'il a lui-même déclenchée deux ans plus tôt. Dix sept millions de jeunes « Gardes rouges » sont expédiés manu militari dans les campagnes et confiés aux mauvais soins des paysans. Beaucoup de ces jeunes fanatiques vont du coup devenir des opposants déterminés au maoïsme... 
30 janvier 1968 - Offensive du Têt au Sud-Vietnam
Au plus fort de la guerre du Vietnam, l'armée nord-vietnamienne lance un brutal assaut contre la base américaine de Khé Sanh, près de la piste Hô Chi Minh et de la frontière laotienne. Les Américains craignent que leurs adversaires ne veuillent rééditer l'exploit de Diên Biên Phu et dépêchent sur place des renforts terrestres et aériens. Ce faisant, ils dégarnissent le reste du pays... 
30 janvier 1948 - Gandhi, martyr de la non-violence
À Delhi, un homme tire trois coups de revolver sur Gandhi alors que celui-ci se rend comme chaque jour à la prière.
Après toute une vie consacrée à l'émancipation de l'Inde, Gandhi a eu la douleur de voir son pays se déchirer dans des guerres religieuses sanglantes entre hindous et musulmans. Lui-même hindou, il n'a cessé de plaider pour la réconciliation des deux communautés, ce qui lui a valu d'être accusé de trahison par les fanatiques de sa communauté... 
La dépouille de Gandhi ( Porbandar, 2 octobre 1869 ; Delhi, 30 janvier 1948)
Février
3 février 1468 - Gutenberg lègue l'imprimerie à l'humanité
À Mayence, sur les bords du Rhin, meurt un certain Johannes Gensfleisch, plus connu sous le nom de Gutenberg.
Ce modeste graveur, en inventant l'imprimerie, a autant révolutionné l'humanité que son contemporain Christophe Colomb en débarquant en Amérique. L'un et l'autre demeurent plus présents dans la mémoire des hommes que n'importe lequel des souverains et dirigeants de leur époque... En savoir plus
4 février 1948 - Ceylan devient indépendante
Ceylan, « perle à l'oreille de l'Asie » selon l'écrivain Francis de Croisset, devient indépendante. Sous le nom de Sri Lanka, l'île n'en finit pas de souffrir du contentieux ethnique légué par le colonisateur britannique... 
6 février 1918 – Mort de Gustave Klimt
Gustave Klimt ( 14 juillet 1862 - 6 février 1918)Peintre de la beauté féminine et lui-même homme à femmes, Gustav Klimt fonde avec 40 compères le mouvement de la Sécession. Leur but déclaré est d'arracher l'art au négoce ! Ils sont rejoints par l'architecte Otto Wagner et par le musicien Arnold Schoenberg. Ce dernier, créateur de l'école musicale de Vienne, est à l'origine de la musique moderne. Sécession constitue l'une des plus belles illustrations du Jugendstil ou Art nouveau (Liberty en Angleterre)... 
11 février 1948 – Mort de Serge Eisenstein
Le cinéaste russe Serge Eisenstein a mis son génie au service de la Révolution bolchevique et de Staline. Le cuirassé Potemkine lui doit d'avoir été hissé au rang de mythe universel... 
12 février 1818 - Indépendance du Chili
À Santiago, capitale de la colonie espagnole du Chili, Bernardo O'Higgins, fort de ses victoires sur les armées de la métropole, renouvelle avec solennité, le 12 février 1818, la proclamation d'indépendance publiée par une junte insurrectionnelle huit ans plus tôt... 
17 février 2008 - Le Kossovo se proclame indépendant
Lassé par les tergiversations de l'ONU et des démocraties occidentales, le président du Kossovo proclame unilatéralement l'indépendance de la province : 10 000 km2 et deux millions d'habitants dont 10% de Serbes orthodoxes et 90% d'albanophones musulmans. Ces derniers descendent d'immigrants albanais chassés par la misère et accueillis dans la province serbe au XIXe siècle... 
25 février 1948 - Le « coup de Prague »
Le président de la République tchécoslovaque Édouard Benès doit céder tout le pouvoir au parti communiste et à son président, Klement Gottwald, après deux semaines de pressions intenses des Soviétiques... 
29 février 1768 - Confédération de Bar
Des patriotes polonais constituent une ligue, la Confédération de Bar, avec le projet de lutter contre les ingérences étrangères et en particulier russes... 
Mars
3 mars 1918 - De la paix de Brest-Litovsk à la guerre civile
À Brest-Litovsk, en Biélorussie, les bolchéviques russes signent la paix avec les Allemands et leurs alliés. Ils se retirent de la Grande Guerre, laissant choir la France et l'Angleterre qui s'étaient engagées aux côtés du tsar. Les Allemands en profitent pour une offensive de la dernière chance sur le front français... 
9 mars 1918 - Blocage des loyers en France
Le gouvernement français bloque les loyers jusqu'à une date indéfinie. En bénéficient les Français détenteurs d'un bail antérieur au 1er août 1914 (le début de la Grande Guerre), autrement dit l'immense majorité des locataires. Cette loi, à quelques mois de l'armistice, est destinée à récompenser le courage des combattants au moment où ceux-ci, dans un dernier sursaut d'énergie, s'apprêtent à donner la victoire à leur pays... 
12 mars 2008 - Mort du dernier poilu français
Avec Lazare Ponticelli (110 ans) s'éteint le dernier « poilu » français de la Grande Guerre (1914-1918).
Né en 1897 dans une famille très pauvre d'Italie, il est arrivé à Paris, à la gare de Lyon, seul et sans ressources, à l'âge de 9 ans ! Il a vécu de petits boulots et, dès qu'a éclaté la guerre, s'est porté volontaire par reconnaissance pour la France qui l'avaut accueilli. Il n'a pas hésité pour cela à tricher sur son âge (17 ans)... 
12 mars 1938 - Anschluss de l'Autriche
À l'aube du samedi 12 mars 1938, l'armée allemande franchit les postes frontières autrichiens.
Vingt ans après sa défaite dans la Grande Guerre, l'Allemagne se fait à nouveau conquérante. Sans tirer un coup de feu, elle annexe la petite Autriche qui avait jusque-là résisté à ses pressions... 
13 mars 1868 – Naissance d’Alain
Le philosopheÉmile Chartier (Alain est le pseudonyme qu'il se choisira plus tard) est un fils de vétérinaire qui a conservé toute sa vie un attachement nostalgique pour le monde de la campagne, qu’il a eu quelque peu tendance à idéaliser et à opposer à la modernité urbaine, perçue comme largement déshumanisante.... 
16 mars 1988 - Gaz mortels à Halabja
Alors qu'elle combat l'Iran depuis huit ans déjà, l'armée irakienne attaque avec des gaz mortels la ville kurde de Halabja. On évalue le nombre des victimes civiles à plusieurs milliers.
Pour ce crime de guerre, le dictateur Saddam Hussein fait usage des armes chimiques fournies par ses alliés occidentaux, lesquels s'abstiennent de le stigmatiser... 
16 mars 1978 - Les Brigades Rouges enlèvent Aldo Moro
Le président respecté de la droite démocrate-chrétienne sera retrouvé assassiné dans le coffre d'une voiture au coeur de Rome, à mi-distance du siège de la Démocratie chrétienne et du Parti communiste... 
16 mars 1968 - Le massacre de My Lai
Au plus fort de la guerre du Vietnam, quelques semaines après l'offensive du Têt, 350 à 500 habitants des hameaux de My Lai et My Khé, près du village de Song My, sont massacrés par une compagnie américaine.
Le crime ne sera révélé par le haut commandement qu'en novembre 1969 et deviendra le symbole des horreurs de cette guerre des rizières, où l'ennemi est invisible... 
17 mars 1938 – Naissance de Rudolf Noureev
Rudi, un petit garçon tatare tombé amoureux de la danse, va se construire un destin hors du commun et devenir Rudolf Noureev, l’une des personnalités les plus douées mais aussi les plus énigmatiques de son temps... 
21 mars 1918 - Offensive allemande à Château-Thierry
Après quatre ans de guerre et au prix d'un gigantesque effort, les Allemands lancent une offensive de la dernière chance. Soucieux d'arracher la décision avant l'arrivée des Américains, ils enfoncent les troupes britanniques du général Douglas Haig autour d'Amiens et arrivent à Château-Thierry... 
26 mars 1918 - La conférence interalliée de Doullens
Réunie à l'initiative du président du Conseil Georges Clemenceau, la conférence a pour but de coordonner les forces alliées. Elle convient de créer un commandement unique qui réunirait Français, Britanniques et Belges. C'est une première depuis le début de la guerre... et même depuis le remariage funeste d'Aliénor d'Aquitaine (1152) !
C'est finalement le général français Ferdinand Foch (66 ans) qui est nommé généralissime des troupes franco-britanniques. Il lui reviendra de faire face à l'ultime offensive allemande... 
28 mars 1928 - Fondation du Birobidjan juif
Staline décide de créer une région autonome à l'Est de la Sibérie en vue d'y installer les juifs d'Union soviétique. Le territoire prend le nom de Région autonome des Juifs du Birobidjan en 1934 et adopte le yiddish (la langue des juifs d'Europe orientale) pour langue officielle à côté du russe... 
29 mars 1918 - L'église Saint-Gervais (Paris) bombardée
Lors de leur ultime offensive de la Grande Guerre, les Allemands bombardent Paris avec trois canons géants situés dans la forêt de Saint-Gobain, à 140 km au nord de la capitale. L'un de ces canons tire un obus à l'aveuglette le 29 mars 1918. Il atteint l'église Saint-Gervais, pendant les vêpres du Vendredi Saint, occasionnant 91 morts (dont 52 femmes) et 68 blessés parmi les fidèles. L'événement a un retentissement jusqu'en Amérique... 
Effondrement de la voûte de l'église Saint-Gervais (Paris), le 29 mars 1918
30 mars 1988 – Mort d’Edgar Faure
Avocat, homme politique et universitaire aux dons intellectuels éclatants, Edgar Faure a été deux fois Président du Conseil sous la IVe République puis a poursuivi sous la Ve une carrière ministérielle en demi-teinte...
Avril
4 avril 1968 - Assassinat de Martin Luther King
Le pasteur américain Martin Luther King (39 ans) est assassiné dans un motel de Memphis par un repris de justice, James Earl Ray.
Révulsés par sa mort tragique et ô combien prévisible, les ghettos noirs des grandes villes américaines sombrent aussitôt dans des émeutes d'une extrême violence... 
6 avril 1868 - Charte de Cinq articles au Japon
Cette Charte de Cinq articles promulguée par l'empereur Meiji (Mutsuhito) marque la fin du régime féodal et la modernisation administrative du Japon...
6 avril 1768 - Bougainville découvre les « bons sauvages »
Bougainville jette l'ancre à Tahiti. Le récit qu'il va tirer de son séjour dans cette île du bout du monde va nourrir en Europe, jusqu'à nos jours, le mythe du « bon sauvage »... 
9 avril 1948 - Massacre de Deir Yassin
Le village musulman de Deir Yassin, en Judée, à proximité de Jérusalem, est attaqué par des combattants de l'Irgoun, un groupe militaire clandestin sioniste. Une centaine de villageois perdent la vie au cours des combats. Le crime est dénoncé par Ben Gourion, qui veut ainsi affaiblir l'Irgoun, et par les Arabes, qui y voient la preuve que les juifs, sur le point de fonder l'État d'Israël, s'apprêtent à en tuer ou chasser les Palestiniens... 
10 avril 2008 - Retour des maoïstes au... Népal
L'élection d'une Assemblée constituante, le 10 avril 2008, aboutit à la victoire d'un parti qui se réfère au… maoïsme ! C'est le dernier acte d'une tragédie qui a frappé la monarchie népalaise sept ans plus tôt et va conduire à l'instauration d'une république fédérale... 
14 avril 1988 - Les Soviétiques se retirent d'Afghanistan
Une conférence internationale à Genève consacre l'échec de l'intervention soviétique en Afghanistan, huit ans plus tôt. Épuisé par une guerre sans issue, Moscou s'engage à retirer ses troupes du pays... 
19 avril 2008 - Mort de Germaine Tillion
Germaine Tillion (30 mai 1907, Allègre, Haute Loire - 19 avril 2008, Saint-Mandé,Val-de-Marne)Ethnologue réputée pour ses travaux sur les populations berbères, Germaine Tillion s'est engagée aussi dans la Résistance, ce qui lui a valu d'être déportée à Ravensbrück.
Quand éclate la guerre d'Algérie, elle s'engage de toutes ses forces en faveur de la paix et dénonce la « clochardisation » de la population musulmane... 
20 avril 1868 – Naissance de Charles Maurras
Charles Maurras, poète et écrivain originaire de Martigues devenu sourd pendant l'adolescence, fut tout au long de sa vie le maître à penser de l'Action française royaliste... 
21 avril 1918 - Le « Baron rouge » abattu
As des As de la Grande guerre (80 victoires confirmées), le capitaine Manfred von Richthofen (26 ans) disparaît au-dessus de la Somme. Surnommé le « Baron rouge », ce pilote allemand égale par la bravoure ses homologues français, Georges Guynemer, René Fonck et Roland Nungesser... 
27 avril 1978 - Coup d'État à Kaboul
À Kaboul, capitale de l'Afghanistan, un coup d'État met brutalement fin au gouvernement du général Daoud, lequel avait renversé la monarchie cinq ans plus tôt. Les Soviétiques, qui en sont les instigateurs, ne se doutent pas qu'ils s'engagent dans une aventure qui va les perdre... 
29 avril 1818 – Naissance du tsar Alexandre II
Fils et successeur du très autocratique Nicolas 1er, Alexandre II, tsar le plus libéral de l'histoire russe, a tenté non sans courage d'engager son empire dans la voie de la démocratie et de la modernisation.
En un quart de siècle, il a multiplié les réformes mais son règne s'est achevé sur son tragique assassinat... 
Mai
2 mai 1668 - Annexion de Lille par la France
La France et l'Espagne signent à Aix-la-Chapelle un traité qui met fin à la guerre de Dévolution et permet au jeune roi Louis XIV (29 ans) d'annexer Lille, Tournai, Douai, Armentières et quelques dépendances... 
3 mai 1968 - La police évacue la Sorbonne
À Paris, la police évacue 500 étudiants qui occupaient la vénérable faculté de la Sorbonne. Le commissaire procède à des contrôles d'identité et embarque plusieurs étudiants au poste.
Aussitôt éclatent des manifestations, sur le boul'Mich voisin (le boulevard Saint-Michel) et dans tout le Quartier Latin, au cri de « Libérez nos camarades ! » Des barricades font leur apparition.
C'est le début des « Événements de Mai-68 », qui combinent l'agitation étudiante, un mouvement social de très grande ampleur et l'opposition politique au régime gaulliste qui célèbre le 13 mai son dixième anniversaire... 5 mai 1988 – Assaut de la grotte d’Ouvéa
L'armée française donne l'assaut à des preneurs d'otages néo-calédoniens, sur l'île d'Ouvéa, une dépendance de la Nouvelle-Calédonie. 19 ravisseurs sont tués, soit la moitié du groupe environ. Les otages sortent quant à eux tous vivants de la grotte où ils avaient été confinés. L'armée déplore la mort de deux de ses hommes.
Trois jours plus tard, le deuxième tour de l'élection présidentielle donne une large victoire au président sortant François Mitterrand (gauche) sur son Premier ministre Jacques Chirac (droite)... 
5 mai 1818 – Naissance de Karl Marx
Karl Marx (Trèves, 5 mai 1818 - Londres, 14 mars 1883)Le philosophe Karl Marx s'est imposé, non sans mal, à la tête du mouvement social européen. Dans le sillage des économistes classiques Adam Smith et David Ricardo, il a tiré de leurs analyses la conviction que le capitalisme, à force de se concentrer, aboutirait à terme à son autodestruction et à l'avènement d'une société sans classes.
Au début du XXe siècle, ses idées ont inspiré les révolutionnaires russes et chinois. Elles ont aussi nourri les intellectuels de la gauche occidentale jusqu'à la fin du XXe siècle. Malgré leurs échecs récurrents, elles retrouvent une forme de pertinence dans l'analyse du néolibéralisme contemporain et de ses échecs... 8 mai 1988 - Réélection de François Mitterrand
François Mitterrand est réélu à la présidence de la République française le 8 mai 1988 face à Jacques Chirac. Vilipendé deux ans plus tôt, le leader de l'union de la gauche a été remis en selle par les erreurs tactiques et les maladresses de son rival, qu'il avait dû appeler à l'hôtel Matignon (résidence du Premier ministre) après la victoire de la droite aux élections législatives de 1986... En savoir plus
13 mai 1958 - Alger se révolte
Les Algérois d'origine européenne en appellent au général de Gaulle pour maintenir la souveraineté de la France sur l'Algérie. L'insurrection va avoir raison de la IVe République. Mais elle va aussi prolonger la guerre d'Algérie de quatre longues années en mettant fin aux espoirs de paix nés quelques mois plus tôt... 
14 mai 1998 – Démission de Suharto en Indonésie
Le général Suharto, né en 1921, est arrivé au pouvoir en 1966, à l'issue d'une dramatique guerre civile qui a conduit à l'éviction du père de l'indépendance, Sukarno. Nanti d'un mandat provisoire, il interdit le parti communiste et les journaux de gauche puis devient officiellement président en 1968. Il met alors en place un « Ordre Nouveau » et va se faire réélire par le Parlement en 1973, 1978, 1983, 1988, 1993 et 1998... 
14 mai 1948 - Indépendance d'Israël
David Ben Gourion, président du Conseil national juif, proclame officiellement la naissance de l'État d'Israël.
L'événement s'inscrit dans la légalité internationale. À l'ONU (Organisation des Nations Unies), il a été prévu en effet de partager l'ancienne province ottomane de Palestine entre cet État et un État palestinien regroupant les populations de langue arabe... 
15 mai 1768 - Traité sur la Corse entre Paris et Gênes
Lassée par la guerre qu'elle doit mener contre les rebelles corses, la République de Gênes cède « provisoirement » ses droits sur l'île à la France par le traité de Versailles du 15 mai 1768.
La France convient de restituer l'île dès que la République lui aura versé 40 millions de livres en rémunération de son intervention contre les rebelles. Le remboursement se fait toujours attendre !... 
19 mai 1978 - Les paras sautent sur Kolwezi
405 parachutistes du 2e REP (Régiment Étranger de Parachutistes) de la Légion étrangère sautent sur Kolwezi, une cité minière du Katanga ou Shaba (Zaïre, ex-Congo belge) où des rebelles ont pris en otage les trois mille expatriés belges et français (plusieurs dizaines ont déjà été massacrés). 250 parachutistes supplémentaires sautent le lendemain matin...
23 mai 1618 - Défenestration de Prague et début de la guerre de Trente Ans
Défenestration de PragueDes nobles protestants se rendent au château royal de Prague, le « Hradschin ». Ils rencontrent les représentants du roi Matthias et leur reprochent d'avoir fermé deux temples protestants en violation des droits accordés par le précédent souverain, Rodolphe II.
La rencontre tourne au pugilat et deux gouverneurs sont jetés par la fenêtre. Leur chute est heureusement amortie par un tas de fumier.
Il n'empêche que, de fil en aiguille, l'incident va entraîner l'Europe centrale dans la guerre de Trente Ans. Cette guerre va laisser l'Allemagne exsangue et consacrera pour plus de deux siècles son anéantissement politique. Le prestigieux royaume de Bohême va y perdre aussi son indépendance pour renaître en 1918 sous le nom de Tchécoslovaquie... 
26 mai 1948 - L'apartheid triomphe en Afrique du Sud
Aux élections législatives, le Parti national de Daniël Malan, partisan de la ségrégation raciale (apartheid), remporte une victoire inattendue. Elle va conduire à la mise en place jusque dans les années 1980 d'une ségrégation raciale aussi rigoureuse qu'absurde... 
Juin
3 juin 1818 – Naissance de Louis Faidherbe
Polytechnicien et officier du génie, Louis Faidherbe devient gouverneur du Sénégal sous le Second Empire.
Il soumet l'arrière-pays en luttant en particulier contre El-Hadj Omar et, avec des moyens dérisoires, jette les bases de la future Afrique Occidentale Française (AOF). Il va rester dans l'Histoire coloniale comme le premier des grands « bâtisseurs d'empire »... 
5 juin 1968 - Attentat mortel contre Robert Kennedy
Le sénateur démocrate Robert Kennedy (43 ans) est touché de deux balles tirées à bout portant par un jeune Palestinien, Sirhan Sirhan, en sortant d'un hôtel de Los Angeles. Il s'était fait connaître comme general attorney (ministre de la Justice) sous la présidence de son frère John Kennedy et on le donnait favori aux élections présidentielles de la fin de l'année (elles seront finalement remportées par le républicain Richard Nixon... 
5 juin 1568 - Exécution des comtes d'Egmont et de Hoorn
Le duc d'Albe, vice-roi espagnol des Pays-Bas, fait exécuter les comtes d'Egmont et de Hoorn sur la Grand'Place de Bruxelles sous le prétexte qu'une agression aurait été perpétrée par les calvinistes contre des lieux catholiques.
Cette injustice, qui vient après bien d'autres, marque le début de la « Guerre de Quatre-Vingts ans ». Elle va entraîner l'Union d'Utrecht et déboucher sur la reconnaissance par l'Espagne, en 1648, de l'indépendance de la République des Provinces-Unies, l'actuel royaume des Pays-Bas... 
14 juin 1928 – Naissance d’Ernesto Guevara
Né en Argentine, dans une famille bourgeoise de Rosario, Ernesto Guevara fait en 1955 la connaissance au Mexique de Fidel Castro et s'engage à ses côtés dans la lutte contre le dictateur cubain Fulgencio Batista... 
18 juin 1868 – Naissance de Miklos Horthy
L’amiral Horthy, régent de Hongrie entre 1920 et 1944, fut selon ses détracteurs la double incarnation du néant : amiral d’un pays sans accès à la mer, régent d’un pays sans roi. Il figure en bonne place parmi les chefs autoritaires qui ont gouverné la majorité des pays européens entre les deux guerres mondiales... 
23 juin 1988 - James Hansen planche sur le réchauffement climatique
Le Sénat américain convoque différents scientifiques pour tenter de comprendre les raisons de la vague de chaleur exceptionnelle qui sévit sur le pays. James Hansen, climatologue en chef de la NASA, fait sensation en assurant que cela vient du réchauffement de l'atmosphère terrestre par l'amplification de l'« effet de serre » naturel depuis les débuts de la révolution industrielle... 
24 juin 1948 - Le blocus de Berlin
Les Soviétiques qui occupent depuis 1944 l'Allemagne orientale, entament le blocus de l'enclave de Berlin-Ouest. Il s'agit d'une fraction du Grand-Berlin (883 km2 et 2,3 millions d'habitants) concédée aux Alliés occidentaux et partagée en trois zones d'occupation (anglaise, américaine, française)... 
24 juin 1768 - Mort de la reine Marie Leszczynska
Fille d'un roi déchu et désargenté, Marie a eu la surprise d'être mariée à 22 ans avec le jeune et puissant roi Louis XV (15 ans). Le couple s'est d'abord beaucoup aimé et a eu dix enfants. Ensuite, le roi s'est éloigné de son épouse... 
25 juin 1928 - Le franc Germinal disparaît
Le président du Conseil Raymond Poincaré dévalue le franc. Celui-ci ne vaut plus que le cinquième de la contrepartie en or du franc d'avant 1914, le franc Germinal créé par Napoléon Bonaparte... 
25 juin 1218 - La mort de Simon de Montfort
Tandis qu'il fait le siège de Toulouse avec son armée de croisés, Simon de Montfort est mortellement blessé d'une pierre lancée du haut des murailles.
La mort du chef de la croisade contre les Albigeois est ressentie comme une victoire par les méridionaux, victoire de courte durée qui ne va pas empêcher la complète soumission du Midi toulousain au roi de France dix ans plus tard... 
26 juin 1988 – Accords de Matignon sur la Nouvelle-Calédonie
Sitôt après le drame d'Ouvéa, François Mitterrand, réélu à la présidence de la République, appelle son rival Michel Rocard à l'hôtel Matignon. Le nouveau Premier ministre entame sans délai des négociations avec les indépendantistes de Nouvelle-Calédonie. Elles aboutissent aux accords de Matignon, entérinés par un référendum de pure forme le 6 novembre 1988. La Nouvelle-Calédonie est découpée en plusieurs régions dont l'une d'elles revient aux indépendantistes...

1944-1974 L'embellie

Sans attendre la capitulation allemande, le gouvernement provisoire du général  Charles de Gaulle  relève la République. Les principaux col...