lundi 27 novembre 2017

1863The Gettysburg Address (version française)

Tout comme les écoliers français apprennent par coeur des fables de La Fontaine, les jeunes Américains apprennent au collège le discours que le président Abraham Lincoln prononça sur le champ de bataille de Gettysburg, à l'occasion de la dédicace d'un cimetière en hommage à toutes les victimes, le 19 novembre 1863 (The Gettysburg Address).
Voici ci-dessous une adaptation en français par l'écrivain et académicien André Maurois (pour la version anglaise officielle, cliquer ici).
The Gettysburg Address (version française)
Il y a quatre-vingt sept ans, nos pères, sur ce continent, ont mis au monde une nouvelle nation, conçue en liberté et vouée à cette idée que tous les hommes naissent égaux..
Aujourd'hui nous sommes engagés dans une grande guerre civile, pour déterminer si cette nation - ou toute autre nation ainsi conçue et dédiée - peut durer. Nous nous rencontrons sur un grand champ de bataille de cette guerre. Nous nous rencontrons pour en consacrer une parcelle, comme suprême champ de repos, à ceux qui ont donné leur vie pour que la nation puisse vivre. Il est convenable, il est juste que nous le fassions.
Mais en un sens plus large, nous ne pouvons pas consacrer, nous ne pouvons pas dédier, nous ne pouvons pas sacrifier cette terre. Tous les héros, vivants et morts, qui ont lutté ici, l'ont consacrée de manière si haute que nous n'avons plus le pouvoir d'y rien ajouter, ni d'en rien enlever. Le monde remarquera peu de ce que nous disons ici et il ne s'en souviendra guère, mais il n'oubliera jamais ce que des braves ont fait en ce lieu. C'est plutôt à nous, les vivants, d'être voués à la tâche encore inachevée qu'ils ont jusqu'ici si noblement accomplie. C'est plutôt à nous d'être dédiés à la grande tâche qui nous reste - afin que ces morts vénérés nous inspirent un dévouement accru pour la cause qui leur a fait combler la mesure du dévouement - afin que nous soyons fermement résolus à ce que ces morts ne soient pas morts en vain; afin que cette nation, devant Dieu, renaisse à la liberté - et afin que le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple, ne soit pas effacé de cette terre.
ABRAHAM LINCOLN
Les États-Unis de Lincoln

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

1944-1974 L'embellie

Sans attendre la capitulation allemande, le gouvernement provisoire du général  Charles de Gaulle  relève la République. Les principaux col...